European Parliament

Home
Working conditions
Outside Brussels
Agencies
Europ. Institutions
About U4U
Members
Speak up
Video

 

 

Home > European Institutions > Parlement européen

European Parliament

Up EEAS - SEAE European Parliament CESE / CdR EUROCONTROL OEB

Personne de contact : Carmen ORTEGA MONTERO 

Contact us at : U4U@europarl.europa.eu 

 

Sur cette page
On this page

La réouverture du Statut annoncée par la DG PERS

First the Interpreters, now DG TRAD. Who is next?

A new service for disabled or retired colleagues

European Parliament: We are all interpreters!

Mobilité obligatoire pour les AST et AST SC

Dialogue social: le PE doit-il rester à la traîne?

Elections professionnelles de 2016

Menaces sur le droit à congés des interprètes

Les auxiliaires-session demandent justice

 

La réouverture du Statut annoncée par la DG PERS

Parlement: Réouverture du statut en 2020 :
l’annonce de Kristian Knudsen, Directeur de la DG PERS

D’après le compte-rendu du Comité du personnel, réuni en plénière le 15 juillet dernier, le Directeur de la DG PERS aurait déclaré, devant les élus du personnel, que sous la pression des Etats membres, une modification du statut pourrait intervenir plus tôt que prévu, et peut-être même déjà en 2020. En question, l’inéluctable et nécessaire changement d’ADN des institutions, notamment concernant le pourcentage de fonctionnaires permanents qui devraient représenter une place toujours plus réduite des agents en activité dans les institutions européennes.

Kristian Knudsen semble admettre, sans combattre, que la fonction publique doit se réformer et prépare les esprits à une remise en cause du statut. C’est grave. On sait tous qu’une réforme du statut ne s’est jamais traduite par un mieux disant pour le personnel, bien au contraire.

Kristian Knudsen avait-il un mandat de David Sassoli, le nouveau Président du PE, ou du secrétaire général de l’administration, Klaus Welle, pour faire une telle annonce ?

A peine élu Président du Parlement européen, est-ce là le signal que David Sassoli veut envoyer au personnel de son institution ? N’y a-t-il pas plutôt urgence à clarifier « quelle Europe nous voulons », et pour quel budget le Parlement est-il prêt à se battre afin de la doter des moyens nécessaires pour répondre aux « citoyens [qui] ont montré qu’ils croyaient toujours à ce chemin extraordinaire, le seul capable de fournir des réponses aux défis mondiaux qui nous attendent [citations du discours du Président] ».

Dans la foulée de cette déclaration pour une Europe forte et riche en moyens, le Président devrait aussi clarifier sa vision de la fonction publique européenne. Car le premier signal à envoyer aux citoyens n’est peut-être pas celui du sacrifice de son administration. Faut-il répondre à la démagogie de certains par de la brutalité envers le personnel ou par de la pédagogie et des politiques européennes « qui nécessitent des idées nouvelles et du courage » comme l’affirme David Sassoli? Dans ce dernier cas, n’aurait-il pas besoin d’un service public européen, compétent, solide et engagé ? Et la réforme annoncée, dont on sait qu’elle veut encore en rabattre sur les conditions de travail, ne sera-t-elle pas plutôt son coup de grâce ?

Le bilan de l’impact négatif des réformes précédentes n’a pas été tiré. Et ce sont des propositions ambitieuses pour permettre à la fonction publique européenne de faire face aux défis d’une Europe « à relancer » que le personnel attend. Pour U4U, ces propositions doivent se nourrir du dialogue social qui seul peut garantir que les décisions de demain seront le fruit d’un bilan partagé et de solutions élaborées en commun, et donc acceptées par tous, dans l’intérêt de nos missions communes et du projet européen.

Parliament: Reopening of the Staff Reg. in 2020:
the announcement of Kristian Knudsen, Director of DG PERS

According to the report of the Staff Committee, which was held in plenary on 15 July, the Director of DG PERS told staff representatives that, under pressure from the Member States, a change may happen sooner than expected, and perhaps even already in 2020. In question, the inevitable and necessary change of DNA of the institutions, especially concerning the percentage of permanent civil servants who should represent an ever-smaller percentage of the agents in activity in the European institutions.

Kristian Knudsen seems to admit, without a fight, that the public service must reform and prepare the minds for a questioning of the Staff Regulations. It's serious. We all know that a reform of the Staff Regulations has never resulted in a positive evolution for the staff, on the contrary.

Did Kristian Knudsen have a mandate from David Sassoli, the new President of the EP, or the Secretary-General, Klaus Welle, to make such an announcement?

Freshly elected President of the European Parliament, is this the signal that David Sassoli wants to send to the staff of his institution? Is there not an urgent need to clarify "what Europe we want", and also the budget that Parliament is prepared to fight for, in order to have the necessary funds to respond to "citizens [who] have shown that they always believed in this extraordinary path, the only one able to provide answers to the global challenges that await us [quotations from the President's speech] ".

In the wake of this declaration for a strong, resource-rich Europe, the President should also clarify his vision of the European civil service. For the first signal to be sent to the citizens is perhaps not that of the sacrifice of his administration. Should we respond to the demagogy of some by brutality towards the staff or better by pedagogy and European policies "that require new ideas and courage" as stated by David Sassoli? In the latter case, would he not need a European public service, competent, robust and committed? And the reform announced, which we know will worsen the working conditions, will not it rather be his coup de grace?

The assessment of the negative impact of previous reforms has not been made. And the staff expects ambitious proposals to enable the European civil service to face the challenges of a Europe "to be boosted". For U4U, these proposals must be nourished by the social dialogue that alone can guarantee that tomorrow's decisions will be the result of a shared assessment, that solutions be jointly developed, and therefore accepted by all, in the interest of our common missions and of the European project.

August 2019

 

First the Interpreters, now DG TRAD. Who is next?

The plenary meeting of the Staff Committee took place on 12th of June, in Luxembourg.

The Staff Committee invited to the public hearing, Mr. Mavric, Director General of DG TRAD, his top management team, the chairs of the Translators´ and the Translation Assistants’ Delegations, as well as a significant number of DG TRAD colleagues. All the participants had the opportunity to engage for almost two hours deep discussions.

DG TRAD has faced many changes in the last year, and considering the changes that are in the pipeline, DG TRAD colleagues can be called “champions of change”.

The most experienced colleagues might recollect that the discussions about the high workload the translators and translation assistants have been experiencing is an old issue and one must not consider that it was due to the European elections related work.

Some facts

In 2006, the first discussions concerning high workload started among the linguistic units.

In 2011, the situation became worst and triggered intense discussions with the former Director General, Mrs. Janet Pitt. These discussions addressed issues such as; high workload, the quality of translations and statistical methods to measure productivity in real terms.

The following year in 2012, a second audience with Mrs. Janet Pitt was held as the problems kept ongoing and no solutions were found.

The Committee for Prevention and Protection at Work (CPPT) intervened in 2013. A study was carried out by the Prevention and Protection at Work Service (SPPT) from DG PERS.

Unfortunately, until now, the full range of recommendations have not been put in place.

Ongoing increase of workload

During last year, there has been an increase of 36% in the workload. On top of this, new projects, not directly linked to translation works of legislative texts, as laid down in the treaties, the core business of DG TRAD, were put in place: an Audio Capacity Pilot project (the so called Radio project) and the Subtitling project for Euronews.

Reassignment of staff to 4 new Units

On the 21st of June 2019, at the occasion of DG TRAD Innovation day, Director General, Mr Mavric announced that five new units would soon be created: (1) Clear language and editing, (2) Audio and podcast, (3) Speech-to-text, (4) Subtitling and voice-over and the (5) “My House of European History”.

In the plenary meeting, a clarification was made suggesting that it was only four units that would be newly created, as the Editing unit already exists.

To populate these 4 new units, a total of 48 translators and 24 assistants (2 translators and 1 assistant from each language unit) will be sacrificed from their linguistic units to be assigned to these 4 new units.

The large reassignment to these new units, thereby reducing the number of staff tasked with core translation activities, legislative work, is obviously, an issue of great concern to the colleagues, translators and assistants that will remain in the linguistics units.

Interpretation of Statistics and setting SLAs

Another subject of great concern to the DG TRAD colleagues are the statistics. There is often a great misperception when reading and interpreting figures: 11.5 net pages of translations, plus 19 pages of revision/ re-read work, plus 4 pages in a high workload period.

The impartial interpretation of statistics may be passing the wrong information for important decision making to the Secretary-General, the fact is that they might not reflect the real workload faced by the DG TRAD’ translators and assistants.

DG TRAD colleagues have strongly called for fair and transparent statistical methods to measure output and workload (KPI and T-Flow), that fully takes into account the revision work of the external translation as a conditio sine qua non to maintain high quality of translation.

Other areas of concern

The new scheduled changes concerning the outsourcing of documents (accreditation system and CAF control), cannot, by any means, jeopardise the quality of translations.

High quality of translations is a non-negotiable issue that makes our colleagues, translators and assistants, very proud.

The high level of quality in translations is non-negotiable when we are dealing with formal documents published by the European Parliament. Mistakes in translations could potentially expose the EP to issues related to transparency or legal liability.

Another sensitive issue, highlighted in the meeting, was the increasing number of sick leave, in the language units last January and February as a direct result of an overworked and overwhelmed staff. The management was invited to take this issue very seriously and to implement concrete measures to alleviate this burden, as well as monitoring this situation.

This entire situation seems to be a déjà vu of what our interpreter colleagues experienced, back in 2018.

As U4U suggested and stated in the plenary meeting of the Staff Committee, “it is time for change and social dialogue”.

All concerns expressed by the colleagues must be fully acknowledged, taken seriously and discussed.

U4U acknowledges and praises the decision by the Director General to set up a trilogue taskforce (with representatives of the Staff Committee, the two delegations and DG TRAD senior management) with a mandate to be defined in a detailed manner, to strive for a new and effective social dialogue that protects the rights and the quality work of our colleagues.

U4U remains supportive to the interpreters’ fight for recognition and fair conditions in the work place and will also be supportive to the current situation of staff in DG TRAD.

U4U calls on all staff to remain united and in solidarity with colleagues at DG TRAD.

June 2019

La réunion plénière du comité du personnel a eu lieu le 12 juin à Luxembourg.

Le comité du personnel a invité en audience publique M. Mavric, directeur général de la DG TRAD, son équipe de direction, les présidents des délégations des traducteurs et des assistants-traduction, ainsi qu'un grand nombre de collègues de la DG TRAD. Tous les participants ont eu l’occasion d’engager des discussions approfondies pendant près de deux heures.

La DG TRAD a été confrontée à de nombreux changements au cours de la dernière année et, compte tenu des changements en projet, ses collègues peuvent être qualifiés de «champions du changement».

Les collègues les plus expérimentés se rappelleront peut-être que les discussions sur la charge de travail élevée des traducteurs et des assistants de traduction sont un problème ancien et qu'il ne faut pas considérer que cela est dû au travail lié aux élections européennes.

Quelques faits

En 2006, les premières discussions concernant la charge de travail élevée ont commencé entre les unités linguistiques.

En 2011, la situation a empiré et déclenché d'intenses discussions avec l'ancienne directrice générale, Mme Janet Pitt. Ces discussions ont porté sur des questions telles que: charge de travail élevée, qualité des traductions et méthodes statistiques permettant de mesurer la productivité en termes réels.

L'année suivante, en 2012, une deuxième audience avec Mme Janet Pitt a eu lieu, les problèmes se poursuivant sans qu'aucune solution soit trouvée.

Le Comité de prévention et de protection du travail (CPPT) est intervenu en 2013. Une étude a été réalisée par le service de prévention et de protection du travail (SPPT) de la DG PERS.

Malheureusement, jusqu'à présent, toutes les recommandations n'ont pas été mises en place.

Augmentation continue de la charge de travail

Au cours de l’année dernière, la charge de travail a augmenté de 36%. De nouveaux projets, non liés directement aux travaux de traduction de textes législatifs, tel que défini dans les traités, activité principale de la DG TRAD, ont été mis en place en supplément: un projet pilote de capacité audio (le projet Radio) et le projet de sous-titrage pour Euronews.

Réaffectation du personnel dans 4 nouvelles unités

Le 21 juin 2019, à l'occasion de la journée DG TRAD Innovation, M. Mavric, directeur général, annonçait la création prochaine de cinq nouvelles unités: (1) langage clair et édition, (2) audio et podcast, (3) audio-vers-texte, (4) Sous-titrage et voix off et le (5) “Ma maison de l'histoire européenne”.

En séance plénière, une clarification a été apportée, suggérant que seules quatre unités seraient nouvellement créées, car l'unité d'édition existe déjà.

Pour peupler ces 4 nouvelles unités, un total de 48 traducteurs et 24 assistants (2 traducteurs et 1 assistant de chaque langue) seront retirés de leurs unités linguistiques pour être affectés à ces 4 nouvelles unités.

La réaffectation importante dans ces nouvelles unités, réduisant ainsi le nombre de personnes chargées des activités de traduction de base du travail législatif, est évidemment une question qui préoccupe beaucoup les collègues, les traducteurs et les assistants qui resteront dans les unités linguistiques.

Interprétation des statistiques et établissement des contrats de niveau de service

Les statistiques sont un autre sujet de grande préoccupation pour les collègues de la DG TRAD. Lors de la lecture et de l’interprétation des chiffres, les perceptions erronées sont fréquentes: 11,5 pages de traductions, 19 pages de relecture / relecture, et 4 pages dans les périodes de charge de travail élevée.

L’interprétation impartiale des statistiques risque de transmettre au Secrétaire général des informations erronées pour la prise de décisions importantes. En effet, elles risquent de ne pas refléter la charge de travail réelle des traducteurs et des assistants de la DG TRAD.

Les collègues de la DG TRAD ont appelé de leurs vœux des méthodes statistiques justes et transparentes permettant de mesurer la production et la charge de travail (KPI et T-Flow), qui prennent pleinement en compte le travail de révision de la traduction externe, condition indispensable pour maintenir une traduction de haute qualité.

Autres sujets de préoccupation

Les nouvelles modifications prévues concernant l'externalisation des documents (système d'accréditation et contrôle CAF) ne peuvent en aucun cas compromettre la qualité des traductions.

La qualité des traductions est une question non négociable qui rend nos collègues, traducteurs et assistants, très fiers.

Le haut niveau de qualité des traductions n'est pas négociable lorsqu'il s'agit de documents officiels publiés par le Parlement européen. Des erreurs de traduction pourraient exposer le PE à des problèmes liés à la transparence ou à sa responsabilité juridique.

Un autre sujet sensible, mis en évidence lors de la réunion, était le nombre croissant de congés de maladie dans les unités linguistiques en janvier et février derniers, conséquence directe d'un personnel surchargé et débordé. La direction a été invitée à prendre cette question très au sérieux et à mettre en œuvre des mesures concrètes pour alléger ce fardeau, ainsi que pour surveiller cette situation.

Toute cette situation semble être un déjà vu de ce que nos collègues interprètes ont vécu en 2018.

Comme U4U l'a suggéré et déclaré lors de la réunion plénière du Comité du personnel, «le temps est venu pour le changement et le dialogue social».

Toutes les préoccupations exprimées par les collègues doivent être pleinement reconnues, prises au sérieux et discutées.

U4U prend acte et se félicite de la décision du directeur général de créer un groupe de travail tripartite (composé de représentants du comité du personnel, des deux délégations et de la direction de la DG TRAD), avec un mandat à définir de manière détaillée, afin de mener un dialogue social efficace qui protège les droits et la qualité de travail de nos collègues.

U4U continue de soutenir la lutte des interprètes pour leur reconnaissance et des conditions équitables sur le lieu de travail et apportera également son soutien au personnel de la DG TRAD.

U4U appelle tous les membres du personnel à rester unis et solidaires avec les collègues de la DG TRAD.

 

A new service for disabled or retired colleagues

U4U attended on June 11th, 2019, the conference entitled JSIS: Disability Centre of Excellence, organised by EP DG PERS, Prevention and wellbeing Unit and the Brussels Social service (Medical Service).

On addition to the information that was given, U4U wanted to know how EP retired staff can be helped when they are isolated/disabled/sick.

bullet

Retired EP staff can still contact the social workers of the Institution in times of crisis/difficulty and in PMO it is an open welcome desk every morning as well as the possibility to make appointments.

bullet

Depending on the country to which one retires, the Settlements Office, which will look after your JSIS affairs, can be either Brussels, Luxembourg or Ispra.

bullet

In addition, at least two main organisations of retired staff have branches in most EU Member States, as well as offices in Brussels, help lines, etc.

bullet

Retired staff social assistants list

Of course, U4U continues to inform, help and give support the retired colleagues, as well.

U4U would like to thank DG PERS to organise these information sessions.

U4U is at your disposal for any question.

June 2019

Le 11 juin 2019, U4U a assisté à la conférence intitulée «RCAM: Centre d'excellence pour les personnes handicapées», organisée par la DG PERS du PE, unité de prévention et du bien-être et le service social bruxellois (service médical).

Outre les informations fournies, U4U a souhaité savoir comment aider les retraités du PE isolés, handicapés ou malades.

bullet

Les membres retraités du Parlement européen peuvent toujours contacter les travailleurs sociaux de l'institution en cas de crise ou de difficultés. Au PMO, un bureau d'accueil ouvre tous les matins et l'on peut prendre rendez-vous.

bullet

Selon le pays dans lequel vous résidez, le bureau des règlements, qui se chargera de vos affaires relatives au RCAM, peut être soit Bruxelles, Luxembourg ou Ispra.

bullet

En outre, au moins deux des principales organisations du personnel retraité ont des représentations dans la plupart des États membres de l'UE, ainsi que des bureaux à Bruxelles, des lignes d'assistance, etc.

bullet

Liste des assistants sociaux du personnel retraité

Bien entendu, U4U continue d'informer, d'aider et de soutenir les collègues retraités.

U4U voudrait remercier la DG PERS d’avoir organisé ces séances d’information.

U4U est à votre disposition pour toute question.

The contact address to get in touch with the PMO is:

European Commission - PMO.3.001- Joint Sickness Insurance Scheme
41 Av. de Tervuren, B-1049 Brussels

European Parliament: We are all interpreters!

Le Figaro : Les interprètes du Parlement européen en grève depuis un mois (entretien avec G. Vlandas)

Lettre ouverte aux Parlementaires Européens 2 Juillet 2018   MEPs show support for Parliament interpreters

Vidéo : Parlement européen, nous sommes tous des interprètes !

Vidéo : Interprètes européens : comment continuer notre action ?

Lettre de l'avocat de U4U contestant la validité des réquisitions des interprètes (juin 2018)

Voir aussi notre dossier : The Link n°64

France 2 : Télématin du 26/06/2018 : vidéo : Sans frontières - Bruxelles : les interprètes du Parlement européen se rebiffent

Tract U4U du 27 juin   Tract inter-syndical du 26 juin

Rue89 : Épuisés, les interprètes du Parlement européen coupent le son

Vidéo : U4U s'élève contre les sanctions infligées aux députés européens solidaires avec les interprètes en grève (Sept 2018)
Alors que la négociation entre interprètes et administration du PE a abouti après deux longues années, M. TAJANI préfère, au lieu d'apaiser le climat au PE, sanctionner les députés qui ont été solidaires avec eux, plutôt que son administration qui boycotte le dialogue social ou encore les députés qui font de l'absentéisme, même aux moments importants de la vie du PE. Solidarité avec les députés sanctionnés.

 

Parlement européen: Nous sommes toutes et tous des interprètes!

Nos collègues interprètes se battent aujourd'hui pour défendre leurs conditions de travail, menacées par l’imposition, en juillet 2017, de nouvelles conditions qui font fi de la pénibilité et de la spécificité de leur métier.

Les interprètes ont décidé, par modération et responsabilité, d’une grève partielle qui revient à respecter les horaires de fin des réunions prévues (et de ne plus accepter les dépassements devenus fréquents) et à procéder à une interruption de travail de une heure (sauf dans les réunions pour lesquelles les interprètes ont été réquisitionnés).

Leur grève est la conséquence de l’attitude de l’administration du Parlement européen depuis que celle-ci a décidé d’imposer ses nouvelles conditions. La délégation a toujours cherché à savoir quels étaient les problèmes concrets du planning pour trouver des solutions concrètes pour y répondre. Elle a fait des propositions constructives, de bon sens, efficaces et équilibrées, qui tenait compte des nouvelles contraintes budgétaires et des demandes de flexibilité pour les réunions exprimées par les députés.

La grève est le résultat du refus systématique du secrétaire général d’écouter les interprètes.

L’administration n’est pas véritablement entrée en négociation. Elle n’a pas eu l’ambition de trouver un compromis sur les dispositions contestées qui prenne en compte les arguments des deux parties. Elle a d’emblée adopté une stratégie de l’usure qui visait à imposer ses règles. Ce qu’elle a fait. En juillet 2017.

Le Parlement européen est l'institution la moins performante du point de vue de la pratique du dialogue social.

Il a conclu un accord cadre au siècle dernier qui est dépassé et qui n’est même pas respecté.

Les syndicats sont niés. On ne leur donne aucune possibilité de négocier. L’administration informe le Comité du personnel ou les délégations professionnelles dans un simulacre de consultation. Quand le personnel, via son Comité, rend un avis sur des décisions que l’administration va prendre et qui le concerne, son avis n’est pas pris en compte. On l’a vu récemment pour la mobilité des AST, pour les conditions de travail des traducteurs, pour les agents de sécurité et maintenant pour les interprètes.

Aujourd’hui, les interprètes sont en grève ce dont l’administration a été informée en temps utile et conformément aux modalités de l’accord-cadre. L’administration leur conteste ce droit : elle réquisitionne un maximum d’interprètes. Dans les faits, cela revient à nier le droit de grève, droit démocratique élémentaire dans les sociétés européennes.

Ce combat des interprètes aujourd’hui est aussi le nôtre.

Nous devons envoyer un signal fort à l'administration du Parlement européen, pour défendre nos collègues et défendre nos droits. Si le droit de grève des interprètes continue d'être bafoué, nous devons tous ensemble faire grève pour le faire respecter. Une défaite aujourd'hui des interprètes constituera une défaite demain pour tout le personnel.

European Parliament: We are all interpreters!

Today our interpreter colleagues are fighting to defend their working conditions, which are threatened by the introduction of new conditions in July 2017 that ignore the demanding and specific nature of their profession.

Interpreters decided - in a moderate and reasonable way - to engage in partial strike action, working to rule, strictly respecting meeting ending times (and no longer accepting the overruns that have become the standard) and to impose a one-hour stoppage (except in the meetings for which interpreters have been requisitioned).

Their strike is the result of the behaviour of the European Parliament administration since it decided to impose new conditions. The delegation has always made every effort to know the concrete problems of planning in order to find concrete solutions. It has made constructive, efficient and balanced proposals, which have taken into account the new budgetary constraints and flexibility needs for meetings as expressed by MEPs.

This strike is the result of the systematic refusal of the Secretary-General to listen to the interpreters.

The administration is not really negotiating. It did not aim to find a compromise on the disputed provisions by taking into account the arguments of both parties. From the outset it has adopted a strategy of attrition which sought to impose its rules, which is what it did in July 2017.

The European Parliament is the least efficient institution in terms of practicing social dialogue.

It concluded an outdated framework agreement in the last century which is not even respected.

Trade unions are denied a role. They have no possibility to negotiate. The Administration informs the Staff Committee or professional delegations in a sham consultation. When staff - via their Committee - give an opinion on decisions that the administration would like to take, their opinion is not taken into account. We have seen this recently for AST mobility, for the working conditions of translators, for the security staff and now for the interpreters.

Today, the interpreters are on strike. The administration was informed in due time and in accordance with the terms of the Framework Agreement. The administration is violating their rights by requisitioning interpreters. In practice, this is tantamount to denying the right to strike, which is a basic democratic right in European societies.

Today, this fight of the interpreters is ours.

We need to send a strong signal to the Parliament administration, to defend our colleagues and defend our rights. If the right to strike of interpreters continues to be violated, we must all strike together for the respect of that right. A defeat for the interpreters today will be a defeat for all staff tomorrow.

Georges VLANDAS
Président

13/06/2018

L’heure de vérité

Ce matin, jeudi 21 juin 2018, la présidente du Comité du personnel rencontre Mr Knudsen, pour discuter des réquisitions. Le président du COMI assistera en observateur à la réunion. L’avocate des interprètes sera là.

La discussion devrait être brève. Les réquisitions sont illégales, abusives, et violent le droit de grève inscrit dans le Traité et dans la Charte des droits fondamentaux. L’accord-cadre signé entre le Parlement européen et les organisations syndicales ne prévoit rien. Le brouillon de protocole sur les arrêts de travail exhumé des archives n’a jamais été entériné, par aucune des parties. Il ne saurait donc constituer une base légale à invoquer d’aucune manière. Il n’existe pas.

C’est ce que l’avocate doit expliquer à Mr Knudsen, à lui qui mieux que personne devrait le savoir. Et l’informer des conséquences juridiques que la violation du droit de grève que constituent ses réquisitions entraînera, forcément.

L’interprétation n’est pas un métier dont l’arrêt mettrait en danger la sécurité du Parlement européen, de son personnel et de ses membres. Il n’y a donc pas lieu d’assurer un service minimum pour garantir une quelconque sécurité.

Le droit de grève, c’est celui dont dispose tout travailleur, dans un rapport de force qui l’oppose à son employeur, pour exprimer la gravité de son mécontentement. La grève entrave le travail. C’est sa force.

Il est évident que le Parlement cherche à garantir la continuité des travaux en réquisitionnant les interprètes. Sa proposition de réquisitionner près de 90% du personnel des cabines des langues principales vise précisément à assurer le gros du travail parlementaire. Il cherche à annihiler les effets de la grève, en privant les travailleurs de leur droit à manifester leur désaccord et en privant leur mouvement de sa force, en violation du droit de grève. C’est inacceptable.

La configuration de la réunion constitue quant à elle un déni de l’accord cadre, article 6, qui prévoit la participation de tous les syndicats représentatifs au Parlement européen et un déni du pluralisme à un moment où la participation de tout le monde est indispensable pour défendre le personnel.

U4U soutient le mouvement que les interprètes mènent au bénéfice de tout le personnel. Et il le soutiendra par tous les moyens nécessaires.

Point du 12 Juillet 2018

The industrial action launched by the interpreters on 5 June last has reached its 38th day. As of yesterday, a process aimed a reaching an agreement has been launched between EP Management, the Staff Committee and the interpreters’ representatives, with the mediation of the Cabinet of the President and in presence of the Coordinator of InterSyndical (COMI).

In the long process of revising interpreter working conditions a lot of misleading information has been circulating in the House. If you are curious to know more about the interpreters' side of the story, please take a look at this presentation that their representatives gave on Wednesday 4 July at the EP Bureau's extraordinary meeting.
Happy reading!

Dominiek Decoutere
COMI Coordinator
 

Mobilité obligatoire pour les AST/AST SC : lettre de U4U à Mr Klaus Welle

From: U4U
Sent: Monday, March 05, 2018 4:06 PM
To: WELLE Klaus (EP)
Cc: Parlement Européen; Groupes Politiques
Subject: Lettre à Monsieur Klaus WELLE, Secrétaire général du Parlement européen - Mobilité obligatoire pour les AST/AST SC.   English version in The Link

 

Monsieur le Secrétaire général,

Récemment, vous avez décidé, unilatéralement, de mettre en œuvre votre politique de mobilité obligatoire pour les AST/AST SC.

Cette politique a été imposée et mise en œuvre par l'administration, sans concertation ni avec le comité du personnel, ni avec la représentation du personnel.

La mobilité des AST/AST SC au Parlement a été rendue obligatoire sans réflexion sur qui était concerné, à quelle échéance et dans quelles conditions. Les métiers/postes exemptés de mobilité ne sont toujours pas connus.

Une telle décision exigeait pourtant une négociation véritable avec le Comité du Personnel. L'imposer sans discussion ni mesures pour confirmer son bien-fondé (évolution des carrières, diffusion des bonnes pratiques/connaissances/savoir-faire dans l'institution) et neutraliser ses effets collatéraux (discontinuité des services, difficile conciliation avec la vie privée) ne relève pas d'une gestion des ressources humaines efficace et motivante pour rendre un service public de qualité.

Si le fonctionnaire est à la disposition de son administration, il ne l'est pas dans n'importe quelle condition. Ce n'est ni l'urgence, ni une situation de crise, ni un impératif professionnel, ni davantage l'intérêt du service qui guide la mobilité obligatoire des AST/AST SC, surtout pas à la veille des élections de 2019. La continuité des services, par contre, aura à craindre d'une désorganisation et d'une démotivation de ses fonctionnaires et agents.

Le statut évoque bien l'intérêt du service comme impératif de la mobilité périodique, et pas nécessairement d'ailleurs, celle de tous les fonctionnaires et agents. Les modalités sont fixées par l'AIPN après avis du Comité du personnel. Encore faut-il que ce dernier soit véritablement consulté et non informé in extremis à titre purement cosmétique, et ses recommandations négligées.

Pour beaucoup de collègues, une mobilité obligatoire entraînerait la nécessité de s'expatrier, avec des conséquences considérables pour leur famille, sans préavis ni mesures d'accompagnement et transitoires, alors que jamais cette expatriation n'avait fait l'objet d'une clause explicite de leur contrat ni de leur description de poste. La violation des attentes légitimes est en jeu.

A quelques années de la retraite, envisage-t-on sérieusement de bouger un AST d'un service où il performe vers un service où il aurait tout à apprendre sachant qu'il faut un an environ pour s'adapter et trois pour être totalement opérationnel? Quel gain pour les services que ces mobilités forcées, mal vécues et non accompagnées? Si l'on se fiche du coût humain, se fiche-t-on des deniers publics ?

La mobilité doit rester une opportunité, encouragée, par des mesures de formation tout au long de la vie et une gestion intelligente des parcours de carrière. Elle gagnerait à rester volontaire et accompagnée dans le cadre d'une politique des ressources humaines précisément humaine, efficace et motivante.

Monsieur le Secrétaire général, venez-vous asseoir autour de la table des négociations avec les représentants du personnel. Trouvons les moyens, ensemble, de rendre la mobilité attractive dans les parcours de carrière et au service des missions du Parlement européen.

Dialogue social: le PE doit-il rester à la traîne?

Le Parlement européen devrait être une institution modèle pour le dialogue social en son sein. Le dialogue social est inscrit dans les Traités, il est consubstantiel à notre modèle démocratique. Il permet la démocratie sociale en faisant fonctionner les entreprises et les organisations d'une manière plus consensuelle et donc, plus efficacement. On serait en droit d’attendre que le Parlement européen soit exemplaire dans le dialogue social.

Malheureusement, au PE, le dialogue social est devenu anachronique. 10 syndicats existent mais ils n’ont droit dans les faits ni à des exemptions de service, ni à des locaux sur les lieux de travail pour fonctionner correctement, par exemple.

Les moyens en ressources humaines attribués par l'Administration au comité du personnel sont également limités, ne permettent pas de fournir des moyens à toutes les listes, alors que le Parlement européen a des services sur plusieurs sites, autres que ceux de Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg.

Plus préoccupant encore, les syndicats en tant que tels ne sont jamais sollicités pour discuter des décisions qui régissent le fonctionnement des services comme cela se passe dans d’autres institutions, et en premier lieu à la Commission européenne, au Conseil, au Service Extérieur, etc.. Dans ces institutions, les sujets sur lesquels les syndicats peuvent négocier ou doivent être obligatoirement consultés sont définis par un accord-cadre.

L’accord-cadre du dialogue social au Parlement européen, élaboré il y a déjà 25 ans, ne donne aucune compétence en matière de dialogue social aux partenaires sociaux. Il est notoirement insuffisant sur toutes les questions d’organisation du dialogue comme sur les moyens affectés pour que ce dialogue s’opère dans les meilleures conditions.

La pratique courante est que le comité du personnel est consulté de temps en temps, mais pas forcément sur tous les projets de décision importants, et parfois à la veille de prendre une décision. Les avis du comité ne sont pas suffisamment pris en compte et ne font pas nécessairement l’objet de discussion entre les parties. Les échanges entre l’administration et le comité du personnel relèvent davantage de la procédure administrative que du dialogue social.

Les organisations syndicales s'en sont plaint récemment. U4U considère qu'un dialogue social doit avoir lieu au Parlement européen, pour chercher dans un premier temps à l’instaurer, et pour le doter de moyens le rendant efficace. Pour U4U, la négociation de nouvelles règles de dialogue social relève de la responsabilité des syndicats qui doivent pouvoir les négocier.

Dans ces négociations que nous appelons de nos vœux, le Comité du personnel, partie prenante du dialogue social, devra évaluer la façon dont les règles ont été appliquées et désigner les domaines où un dialogue social lui paraît nécessaire pour améliorer le fonctionnement de l'institution.

Pour sa part, U4U a déjà identifié, parmi les urgences à traiter à travers un véritable dialogue social, la situation des agents de session à Strasbourg, la révision du règlement interne de la DG SAFE après quatre années de mise en œuvre, la gestion des carrières au Parlement européen, les nouvelles conditions de travail des interprètes, etc.

Ensemble, dotons le Parlement européen du dialogue social moderne et inclusif que son personnel désire et mérite.

21/03/2017

Social dialogue: must the EP always lag behind?

The European Parliament should be a model institution for social dialogue. Social dialogue is included in the Treaties and forms an integral part of our democratic model. It contributes to social democracy by making companies and organisations operate in a more consensual way, and therefore more efficiently. It is reasonable to expect the European Parliament to be a shining example in social dialogue.

Unfortunately, social dialogue has become an anachronism at the EP. There are 10 trade unions, but actually they are not entitled to releases from service, or to offices at the workplace where they can operate properly, for example.

The human resources assigned by the administration to the staff committee are also limited, which makes it impossible to provide resources to all the lists, while Parliament has services at a number of sites, other than Brussels, Luxembourg and Strasbourg.

More worrying still, the unions are never approached to discuss the decisions that govern the operation of the services, as happens in other institutions, especially at the Commission, the Council, the External Service, etc. In these institutions, the subjects on which the unions can negotiate or must be consulted are defined by a framework agreement.

The framework for social dialogue at the European Parliament, developed 25 years ago, does not give any jurisdiction for social dialogue to the social partners. It is notoriously lacking on all questions of organisation of the dialogue and on the resources allocated to ensure that this dialogue functions under the best conditions.

The current practice is that the staff committee is consulted from time to time, but not necessarily on all important draft decisions, and sometimes only the day before a decision is taken. The committee's opinions are not given enough consideration and are not necessarily the subject of discussion between the parties. The exchanges between the administration and the staff committee are based more on administrative procedure than on social dialogue.

The trade unions have been complaining about this recently. U4U believes that there must be a social dialogue with the European Parliament, initially to try to establish it and provide it with the resources to make it effective. In the opinion of U4U, negotiating new social dialogue rules is the responsibility of the trade unions, who must be allowed to do so.

In these negotiations that we wish to see, the Staff Committee, a stakeholder in social dialogue, must assess the way in which the rules have been applied and designate areas in which social dialogue appears necessary to improve the functioning of the institution.

For its part, U4U has already identified, among the urgent matters to be dealt with through real social dialogue, the situation of session auxiliaries at Strasbourg, the review of the internal regulations DG SAFE four years post-implementation, career management at the European Parliament, the new working conditions of interpreters, etc.

Together, let us equip the European Parliament with the modern and inclusive social dialogue that its staff desire and deserve.

Tract commun : libertés syndicales et missions : 2 poids, 2 mesures (15/12/2017)

Lettre ouverte au Président du PE, Monsieur A. Tajani

Monsieur le Président,

Le dialogue social est inscrit dans les Traités. C’est un élément essentiel de notre modèle démocratique et nous pensons que le Parlement européen doit être à la pointe du dialogue social.

Mais au Parlement se pratique un dialogue social qui n’a de dialogue que le nom. Les modalités de la consultation sont déterminées unilatéralement par votre Administration qui décide si elle consulte, ou pas, le Comité du personnel sur les modifications ou dispositions nouvelles qu’elle prend vis-à-vis du personnel.

Cette consultation se formalise le plus souvent de manière administrative, par la transmission des textes à commenter, sans échanges entre parties prenantes. Et l’Administration retient, ou pas, ou en partie seulement, les commentaires et propositions du Comité du personnel, sans explication de ce qu’elle rejette.

Récemment, la suppression du 9 mai de la liste des jours de congés ou la modification de la stratégie de mobilité des AST ont été décidés par vos services sans consultation préalable de la seule instance représentative que vous consultez habituellement, le Comité du personnel.

Et dans ces échanges, les organisations syndicales en tant que telles ne sont jamais impliquées dans un dialogue social véritable dont les thèmes, l’agenda et les moyens auraient été convenus entre vous et nous. L’accord-cadre du dialogue social au Parlement européen, élaboré il y a déjà 25 ans, ne donne aucune compétence en matière de dialogue social aux partenaires sociaux. Il est notoirement insuffisant sur toutes les questions d’organisation du dialogue social pour que ce dialogue s’opère dans les meilleures conditions.

Cet accord-cadre n’est pas davantage adapté à la réalité du Parlement du 21ème siècle. Les moyens en ressources humaines attribués par l'Administration au Comité du personnel sont également limités.

Le Parlement doit montrer l’exemple d’un dialogue social de qualité, répondant aux enjeux d’une inclusion effective des personnes aux décisions qui les concernent, à la pointe des meilleures pratiques en Europe.

Nous espérons que vous partagez cet objectif.

30/05/2017

Réponse de Mme Sylvie Guillaume, Vice-Présidente du Parlement européen

Madame, Monsieur,
J'ai pris connaissance de votre message adressé au Président du Parlement européen, Monsieur Antonio TAJANI, et tenais à partager vos préoccupations.
Plusieurs réformes ont été proposées par le Secrétaire général et nécessitent de tout évidence une plus forte consultation du comité personnel.
Vous pouvez compter sur mon soutien dans cette démarche au sein du Bureau du Parlement européen.
Dans l'attente, je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.

01/062017

Tract commun U4U, SGPOE, US PE, USL, UB, SFIE  03/05/2018

Dialogue social au Parlement européen: une faillite totale

Qu'est-ce que le dialogue social?

Selon l'Organisation internationale du Travail, le dialogue social inclut toutes formes de négociation, de consultation ou d'échange d'informations entre représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions d'intérêt commun liées à la politique économique et sociale.

C'est l'ensemble des procédés utilisés au sein d'une administration, par exemple, afin d'apporter une compréhension optimale entre ses différentes composantes. Il vise à améliorer le climat social, notamment en aboutissant à des accords dans lesquels chacun trouve son compte.

Le dialogue présuppose le respect mutuel, et la compréhension optimale la volonté … de se comprendre. Ce qui invite à écouter. Et pour qu'un dialogue existe, il faut que l'on se parle.

Tout ceci est inscrit dans les articles 4 à 8 de l'accord-cadre entre les OSP et l'Administration du Parlement: "la concertation permet aux parties d'exposer mutuellement leurs positions et a pour objectif de parvenir à des positions communes".

Mais au Parlement européen, le dialogue social consiste à informer le Comité du personnel des modifications envisagées par l'Administration. Point.

Qu'il s'agisse des conditions de travail des interprètes, des conditions de travail des traducteurs, des conditions de travail des agents de sécurité, ou de la mobilité des AST, pour ne citer qu'une partie des thèmes à l'actualité, au Parlement européen l'Administration décide, seule. Et même si le Comité du personnel et, plus largement, la représentation du personnel a des avis différents, ceux-ci ne font ni l'objet de discussions ni ils ne sont pris en compte par l'Administration.

Au Parlement européen, le dialogue social est un simulacre. Au Parlement européen, l'Administration ne négocie rien.

Le 12 mars dernier, le Comité du personnel émettait une résolution relative à la mobilité obligatoire des AST après que le Secrétaire général, qui s'était contenté d'envoyer sa nouvelle stratégie au Comité pour adoubement, n'ait retenu AUCUNE des suggestions faites par le personnel pour faire de la mobilité des AST un exercice bénéfique pour les personnes et pour l'Institution.

Ce 26 avril, c'est au tour de la Délégation des interprètes de transmettre une résolution au Secrétaire général, suite à l'échec de négociations qui n'ont jamais visé à prendre en compte les suggestions de bon sens émises par les collègues, mais seulement à imposer, en refusant tout changement, les nouvelles conditions de travail.

Une telle attitude est aberrante dans une enceinte qui se réclame l'émanation des peuples mais méprise ses agents, au demeurant citoyens. Par contre, c'est efficace en termes de cohésion puisque désormais, le personnel est contre cette administration hautaine et autoritaire qui fait fi des difficultés du personnel et de ses suggestions d'amélioration.

Alors si ce personnel en a assez d'un dialogue sans dialogue, sans écoute et sans respect, que l'Administration du Parlement européen ne s'étonne pas qu'il y ait des appels à la grève.

Les mouvements sociaux et les perturbations qu'ils entraîneront sur les travaux de l'Institution seront de sa seule responsabilité.

 

Lettre du "comité des trans-catégoriels" à l'attention du Président et des Membres du Comité de personnel du PE concernant l'inégalité de traitement des membres du personnel bénéficiant d'une indemnité "transcatégorielle" en provenance de la Commission européenne (avril 2017)

Election du Comité du Personnel

Résultats des élections de janvier 2017

7,66 % des votes, 2 élues : Carmen ORTEGA MONTERO  et Julie LUXEN. Merci à tous nos électeurs.

Carmen Ortega Montero

Julie Luxen

Résultats complets

EUROPARL

Staff Committee : Professional elections 2016

U4U, syndicat européen et citoyen, pour tous les employés des institutions

U4U, un syndicat européen et citoyen, pour tous les employés des institutions, est présent aux élections par la liste N° 5

U4U est une organisation syndicale de la fonction publique européenne désormais reconnue au Parlement européen pour participer aux élections du personnel.

Les membres du personnel du Parlement européen affiliés à U4U ont constitué une liste complète – la liste N° 5 - à proposer aux suffrages du personnel.

bullet

U4U défend nos rémunérations, la méthode, les pensions, mais aussi nos conditions de travail (qui concernent aussi les bureaux), le développement et le suivi de nos carrières, la mobilité. Nos carrières doivent se développer sur la base du mérite, en toute transparence.

bullet

U4U combat la précarité du personnel et veut offrir une politique de carrière pour tous.

bullet

U4U met à la disposition du personnel des services de qualité : formations, conseils individualisés et juridiques, assistance, information via ses journaux (Graspe, Le Lien, la Circulaire, …), conférences fréquentes.

bullet

U4U favorise l’unité d’action du personnel et des organisations syndicales, sur les sujets importants, en proposant des actions communes. Nous voulons revaloriser le rôle des syndicats grâce à un syndicalisme plus efficace, plus compétent, plus uni.

bullet

U4U, syndicat inter catégoriel, défend tous les personnels quels que soient leur statut et leur grade, par des revendications fondées sur la solidarité et la réduction des inégalités.

bullet

U4U avance des propositions "unifiantes" qui prennent en compte les attentes de tout le personnel dans une perspective commune, celle d'une fonction publique indépendante, compétente, permanente. Nous voulons préserver le sens de nos métiers.

bullet

U4U, syndicat interinstitutionnel, se bat pour l’unité de la fonction publique européenne et donc pour l'unité du statut de cette fonction publique.

bullet

U4U est très actif dans le dialogue social, fait des propositions constructives, bien argumentées et reconnues comme telles. U4U défend le dialogue social au niveau des services et préconise l’association des personnes aux décisions qui les concernent.

bullet

U4U bâtit ses propositions grâce à une démarche participative, en consultant le personnel par des réunions sur place, des visites de sites, des consultations publiques sur les sujets importants tout en animant un réseau de personnes de contact permanentes, dans chaque lieu de travail.

bullet

U4U, syndicat européen citoyen, conçoit la fonction publique européenne comme au service de la construction d’une Europe solidaire et démocratique. Il insère ses propositions dans une réflexion d'ensemble sur l'avenir de la construction européenne et de sa fonction publique.

Our Team

Affiche

  Prenom Nom Statut Lieu d'affectation Groupe de fonction
1 CARMEN ORTEGA MONTERO FONCTIONNAIRE BRUXELLES AST
2 DIMITRIIOS SECHOPOULOS AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
3 PATRICIA VERBIEST FONCTIONNAIRE BRUXELLES AST
4 FRANCISCO CAAMANO FONCTIONNAIRE BRUXELLES AST
5 MIRENA PENCHEVA FONCTIONNAIRE BRUXELLES AD
6 HENRIQUE DIAS DA SILVA FONCTIONNAIRE BRUXELLES AST
7 HÜSEYIN YAVAS AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
8 JENNIFER SENGIER AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
9 DIDIER WOLTERS AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
10 MARIA NOELIA RODRIGUEZ BLOCH AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
11 MUHAMET ALI UNVER AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
12 JEREMY ERISMANN AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
13 DAVID FELGUERA VALENCIA AGENT CONTRACTUEL STRASBOURG AG
14 JULIE LUXEN AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
15 PAULO BARATA GALVAO AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
16 EWA FALKOWSKA AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
17 CHRISTOS AMBATZIDIS AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
18 IRENE SEVASTIKOGLOU FONCTIONNAIRE BRUXELLES AD
19 FRANCOIS DENIS AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
20 JOSE JOAO DOMINGOS TOMAS FONCTIONNAIRE BRUXELLES AST
21 KALALA / PASCAL TSHIMANGA AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
22 CELAL SARIKAYA AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
23 PEDRO DE CARVALHO AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
24 JEAN-CARLO MARIN AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
25 ALDO URSO AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
26 HADDOU HARROUGUI AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
27 AURELIE BERLEMONT AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
29 CLAUDE CHAVAL AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG
29 SABRINA TSHIMANGA AGENT CONTRACTUEL BRUXELLES AG

Programme

Une liste de personnes compétentes et motivées, s'appuyant sur un réseau de savoir-faire, et décidées à représenter vos réels intérêts

Pour toutes les catégories de personnel des institutions

Fair and equal treatment for all

DG SAFE : agents de sécurité

Contract Agents Version FR

Améliorons les conditions de travail pendant les sessions de Strasbourg

Nos priorités

AST careers version FR

AD : Transparency in career management

Auxiliaires session

Interprètes

Le RCAM : notre caisse à tous English version

The solution to Brexit is European solidarity and not national egoism !

Les droits à congé des interprètes au Parlement Européen sont menacés

Résolution du Comité du Personnel du 9 mai 2016

Le PE doit engager le dialogue social avec tous les syndicats

Le Parlement Européen impose de nouvelles règles restreignant considérablement les droits des interprètes de partir en congé.

Les nouvelles règles :  note du PE du 21 mars 2016   associated guidelines

Ces règles n’ont fait l’objet d’aucun dialogue social et ont officiellement été publiées ce lundi 21 mars 2016 tout en ayant néanmoins été appliquées avec vigueur depuis le 1° janvier 2016. Beaucoup d'interprètes, ayant déposé une demande de congés  se sont vus opposer un silence total pendant plus de deux mois. Sans réponse, les congés sont effectivement bloqués. D’autres ont reçu une réponse négative, parfois sans aucune motivation.  

Cette absence de dialogue suit l'échec des discussions entre la délégation des interprètes et l'administration sur les règles régissant leurs conditions de travail. Le Parlement ne peut se dispenser de négocier les nouvelles règles avec les syndicats, en concertation étroite avec la délégation des interprètes qui relaye leurs préoccupations. Compte tenu de l’ampleur des changements, une consultation étendue à l’ensemble du personnel concerné s’impose.

Désormais, les interprètes ne peuvent espérer se voir accorder des congés que pendant les semaines ‘turquoises’ et ‘blanches’, soit, en 2016, treize semaines sur les 52 que compte l’année plus un quota individuel de 5 jours par an soumis à des règles d’octroi extrêmement restrictives, et ce, sans  le moindre égard pour l’ équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée.

S’il est légitime que l’employeur tienne compte des intérêts du service pour accorder un congé, ceci dépasse largement cet objectif. Nous notons aussi son refus de discuter tout compromis raisonnable.

Nous demandons à l’Administration du Parlement de mettre en place de façon urgente un dialogue social à ce sujet, auquel nous sommes prêts à participer.

Il n’est en effet pas admissible que le Parlement puisse ainsi changer ses règles sans concertation avec les représentants des fonctionnaires, en les publiant aussi tardivement et en les définissant de façon si exagérée. Ceci constitue un dangereux précédent : c’est pourquoi nous appelons à la solidarité du SCIC et de tous les collègues.

 pdf version 21/03/2016

The European Parliament is threatening interpreters' leave entitlements

The EP must engage in social dialogue with all trade unions

The European Parliament is imposing new rules that severely restrict the entitlement of interpreters to take paid leave.

These rules have not been the subject of a social dialogue and were officially published on Monday 21 March 2016, although they have been vigorously applied since 1 January 2016. A large number of interpreters who have applied for leave have been faced with complete silence for more than two months. This failure to respond means that their leave is effectively blocked. Others have received a negative response, sometimes without any explanation. 

This lack of dialogue follows failed discussions between the interpreters' delegation and the administration on the rules governing their conditions of employment. Parliament cannot excuse itself from negotiating the new rules with the unions, working closely with the interpreters' delegation, which passes on their concerns. In view of the scope of the changes, an extended consultation of all staff concerned is required.

Interpreters can now expect to be granted leave only in ‘turquoise’ and ‘white’ weeks, which in 2016 means thirteen weeks out of 52 plus an individual quota of 5 days per year, subject to extremely restrictive rules and without the least regard for the work/life balance.

While it is perfectly reasonable for the employer to take account of the needs of the service when granting a period of leave, this goes far beyond such an objective. We also note its refusal to discuss a reasonable compromise.

We are asking the Parliament Administration as a matter of urgency to establish a social dialogue on this subject, in which we are ready to take part.

It is simply unacceptable for the European Parliament to be able to change the rules in this way without consulting staff representatives, to publish them at such a late stage and to define them in such an exaggerated manner. This constitutes a dangerous precedent: that is why we are appealing for the support and solidarity of the SCIC and all colleagues.

We are all interpreters!

The European Parliament uses around 300 staff interpreters. Our colleagues play an essential role in the accomplishment of the European Parliament’s objectives. Without them, communication and debate between the different European actors would be impossible. Without them, the institution would not function.

Our colleagues’ work has become increasingly difficult over time. The European Parliament has an increasingly important legislative role in European integration, its debates tackling far more complex issues, which are often highly technical and can be extremely specific.

And yet, the administration has a tendency to underestimate this evolution and the consequences of the latest expansions. Our interpreter colleagues have seen their working conditions sharply decline, and the results of the social dialogue are deceptive. In this context, the administration recently introduced new, extremely restrictive unilateral rules for the granting of holiday days to staff interpreters. These rules are currently subject to appeals from around 15 interpreters before the Luxembourg Court of Justice.

U4U is not trying to take the place of the interpreters’ professional organisation, nor of the negotiations that it is currently leading in their name. We simply wish to let them know that we are on their side.

The administration also needs to know that we want a more formal social dialogue.

Les auxiliaires-session demandent justice

 

Le point sur la situation en septembre 2017

Point sur la situation des agents contractuels de Strasbourg (ex-auxiliaire session) : cette catégorie d’agents contractuels de Strasbourg est malmenée depuis de très nombreuses années et plus d’une trentaine ont à nouveau saisi le Tribunal des Prud’hommes de Strasbourg, à savoir :

bullet2013 NOUVELLE PROCEDURE DEVANT LES PRUD’HOMMES DE STRASBOURG
bullet08/03/2013 PRUDHOMMES Audience de départage
bullet03/10/2013 AUDIENCE PRUD’HOMMES STRASBOURG
bullet10/05/2016 PRUD’HOMMES DE STRASBOURG SE DECLARENT COMPETENTS
bulletLe Parlement fait Appel à Colmar.
bullet27/01/2017 AUDIENCE COUR D APPEL DE COLMAR
bullet14/03/2017 ARRET COUR D'APPEL DE COLMAR en faveur des agents contractuels et le PE a 2 mois pour aller en Cassation.
bulletLE PARLEMENT RENONCE A SE POURVOIR EN CASSATION.

Par ailleurs, l’action et le soutien de députés de différents groupes politiques, du comité du personnel et l’implication de plusieurs représentants des syndicats présents au PE ont permis la reconduction d’une majorité de contrats jusqu’à fin mai 2019. Des réunions conjointes avec la direction du personnel et avec tous ces intervenants (et je crois que c’est également une première) ont permis ces avancées significatives.

Je tiens à souligner que ces avancées n’ont pas été dictées par une décision d’un tribunal, mais bel et bien par une mobilisation collective des différents acteurs cités, tous à la recherche d’une solution juste et pérenne. Pour autant, en parallèle, nous poursuivons nos actions devant la justice.

Il nous faut continuer sur les deux voies, car il reste encore beaucoup à faire afin de sortir de la précarité et obtenir un véritable statut (je précise que depuis notre internalisation en 2014, nous avons déjà reçu 2 avenants à notre contrat initial, cad notre recrutement se fait toujours sur base d’un volume d’heures annuelles de 420 à 450 heures pour la modique somme 389 euros BRUT mensuel. Pour mieux comprendre, le Parlement peut faire appel à nous pour 2 sessions et n’en payer qu’une, comme c’est le cas en octobre, venir travailler pendant les journées portes ouvertes tout en assurant la session du mois, toujours pour le même salaire….et bien sûr au groupe de fonctions le plus bas.

Notre persévérance pour que la mobilisation générale reste intacte afin de trouver dès à présent une solution urgente aux points suivants :

bulletPersonnel des vestiaires dont le contrat expire fin 2017 alors que certains y travaillent depuis de très nombreuses années,
bulletPersonnel de la crèche qui veut rester sous le statut d’agent contractuel en CDI mais auquel on propose un contrat d’auto-entrepreneur
bulletRevalorisation promise des contrats en fonction de l’ancienneté, de l’expérience et des compétences,
bulletEt enfin un accès aux formations.

Réunion plénière du Comité du personnel du 9 mai 2016 : Lors de sa réunion d'aujourd'hui, le Comité du personnel a entendu une représentante des agents contractuels session. Celle-ci a tenu à rappeler les promesses faites en 2014 par l'Administration: celle de les engager à durée indéterminée. Force est de constater après deux ans que la réalité est différente et que de nombreux contrats ne seront pas renouvelés. Le Comité du personnel demande avec insistance à la DG PERS et aux différentes Directions générales qui emploient les agents contractuels session qu'une solution durable soit trouvée pour ces collègues, dont une partie travaille à Strasbourg depuis de nombreuses années.

Vidéo de la conférence de presse du 2 juillet 2013

Lettre de la Présidente de la Commission de l'emploi & des affaires sociales au Président du Parlement

Les anciens auxiliaires-session (160 personnes) recevaient directement du PE (au titre de l’article 78 du RAA) un contrat pour les sessions plénières de Strasbourg jusqu’à fin 2006.

En 2007, le PE a externalisé ces services, c'est à dire a passé contrat avec une agence d'intérim. Bien sûr, sans consultation aucune du personnel concerné. L'absurdité économique de cette décision est patente, car au final, le Parlement doit payer le personnel au tarif de l'intérim, considérablement plus cher que ce qui est versé aux travailleurs.

Le personnel a attaqué cette décision. On a alors assisté à de choquantes péripéties, y compris un décret du gouvernement français pour tenter de légaliser ce recours à l'intérim, pris a posteriori en octobre 2008. Mais la Cour de Cassation a donné raison au personnel.

L’Arrêt de la Cour de Cassation de Paris stipule clairement que les emplois pour les sessions plénières de Strasbourg relèvent de l’activité normale et permanente du PE, même si l’activité est intermittente. Cela signifie que les emplois pour les plénières ne relèvent pas d’un accroissement temporaire d’activité.
Certes le PE a toujours le droit de recourir à l’intérim, mais plus pour ces postes !

Mais le PE n’a plus de dispositions dans le statut permettant le retour à des contrats directs. En résumé, aujourd’hui, les conditions de travail et d’emploi des auxiliaires sessions sont menacées comme jamais auparavant.

Que demande le personnel ?

bullet

Que le Parlement traite équitablement toutes les catégories de personnel, tant sur les conditions de travail que sur l’égalité des chances.

bullet

Un emploi direct par le PE, à savoir un statut prenant en compte les spécificités de ce type d'emploi – un peu comme les assistants parlementaires. Il est impossible de bénéficier du Statut de fonctionnaire « classique » puisque le personnel ne travaille qu’une semaine par mois, mais un type d'emploi défini spécifiquement par le RAA est tout à possible.

bullet

Le personnel en cause veut sortir de la précarité, sortir de cette situation de sous-classement qui dure depuis des années, avoir enfin un peu de reconnaissance.

bullet

Obtenir du Parlement européen la signature d’un pacte de confiance, confirmant que lors de la prochaine réforme du statut, un amendement garantisse la stabilité de l'emploi des auxiliaires-session.

Le Parlement européen doit être cohérent. Il ne peut d'une part voter des textes contenant de grands principes et faire de belles déclarations sur l'Europe sociale et d'autre part les bafouer honteusement dans sa gestion quotidienne.

Les auxiliaires-session demandent justice, leurs revendications sont raisonnables. Le Parlement se doit de leur répondre favorablement et de mettre en place très vite des conditions d'emploi dignes et stables

Lettre au Secrétaire général du PE

Le 9 décembre 2012

Monsieur le Secrétaire Général,

Nous nous référons à nos tours de table des 14 décembre 2011 et 13 mars 2012. Nous vous avions envoyé le compte rendu de notre entretien du mois de décembre qui précisait que vous ne partagiez pas l’analyse faite par vos juristes et que vous étiez prêt à nous donner un statut de « contractuel-session », statut qui serait à définir dans le cadre de la refonte du statut qui est en cours, qui serait encore à peaufiner en 2012 et dont le rapporteur est Madame Roth Behrendt. A ce moment-là, vous ne pouviez pas encore nous donner de garantie, car il fallait l’aval du Conseil et des 27 pays membres, mais notre cas pourrait être introduit comme le sera par exemple l’allocation forfaitaire pour frais de missions et l’internalisation des fonctions de sécurité. De plus, nous avions de bonnes chances, car notre statut n’aurait pas une grande incidence sur le budget de l’Union bien au contraire et de surcroît le rapporteur (déjà consulté) y était favorable. Lors de cet envoi par courriel, nous vous avions précisé que compte-rendu avait été retranscrit le plus fidèlement possible et que si vous souhaitiez y apporter des modifications, nous étions tout disposés à le rectifier. Comme nous n’en avons pas reçu, nous en déduisons que notre compte-rendu reflétait les propos tenus.

Lors de notre tour de table avec Madame Roth-Behrendt, Rapporteur de la réforme du Statut, elle était prête à examiner les possibilités de nous inclure dans celui-ci, mais considérait d'ores et déjà que la chose ne serait pas facile. A l’issue de cette réunion et lors de différents entretiens, elle nous a précisé que nous n'obtiendrions pas un statut réellement adapté aux spécificités de notre emploi et l'aspect financier ne serait pas forcément meilleur et de surcroît elle nous a recommandé de travailler avec l’administration pour obtenir de meilleures conditions en intérim (mais pas avant 2014). Nous avons précisé qu’il nous était difficile de prendre position dans le détail, qu’il serait bon de rencontrer notre avocat car nous ne sommes pas des juristes et que 2014 était bien trop loin. Elle a refusé toute rencontre avec notre avocat.

Nous sommes toujours, et depuis le début, dans une attitude et un souhait de dialogue et non de confrontation. A ce titre, nous sommes prêts à comparer les points de vue, à entendre les motivations et les contraintes de chaque partie et à rechercher les solutions acceptables par tous afin de pérenniser nos emplois et nous assurer de meilleures conditions.
Il serait regrettable de maintenir un climat de méfiance et de doute par l'absence de dialogue.

A ce jour, nous n’avons toujours pas de statut et il semble que l'on veuille nous opposer une fin de non-recevoir. Cette situation est difficile à accepter par les auxiliaires qui accomplissent leur mission avec beaucoup de professionnalisme et ceci depuis de très nombreuses années.

Nous restons toujours dans l’attente d’une réponse favorable à notre requête ou d'une proposition de rapprochement de nos points-de-vue respectifs en présence de notre avocat comme ce fut le cas lors du relevé de conclusions du 9 octobre 2006 dont une copie du document a été remise à M. Moreno Diaz lors de notre première rencontre le 10 mai 2011 en présence de M. Radu Constantinescu. Nous avons pu aussi prouver notre mandat de déléguées des auxiliaires.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Secrétaire Général, à l’expression de nos respectueuses salutations.

Les déléguées des auxiliaires :
Malou Toublanc, Claudie Weber, Patricia North

Copies adressées à :
M. Schulz, Président du PE
Mme Trautmann
Mme Griesbeck
Mme Roth-Behrendt
Mme Zaborska
M. Daul
M. Hénin

Lettre aux autorités françaises (oct 2012)

Le Parlement perd son recours

Fin 2016, le Tribunal des Prud’hommes s’était déclaré compétent pour juger sur le fond le dossier des auxiliaires-session. Le Parlement a fait appel de cette décision auprès de la Cour d’Appel de Colmar. A nouveau, le Parlement a perdu car la Cour de Colmar reconnait le bien fondé de la démarche du personnel, dans un arrêt du 14 mars 2017. Le Parlement a maintenant 2 mois pour se pourvoir en cassation à Paris.

Il est clair que le Parlement continue de jouer la montre pour éviter de régler enfin une situation pénible !

 

[Top]


Problems regarding this web site ? webmaster@u4unity.eu       Last modified: 30 August 2019
      Search       Sitemap

Contact us - Receive our press - Join us - Articles of association - Archives - Facebook